nature

Le Bois du curé

À quelques encablures du centre-ville, découvrez cet espace boisé le temps d'une rafraîchissante balade à l'ombre d'arbres majestueux.

Jouxtant l'église Saint-Sébastien, place du 11 novembre 1918, le bois du curé accueille les promeneurs le temps d'une balade sur les hauteurs de Meyzieu.
Le parc entourant l'ancienne maison de retraite majolane abrite de jolis chemins de promenade à l'ombre d'arbres centenaires. Sur certains d'entre eux, peut être aurez-vous la chance d'observer les mésanges venues se ressourcer sur l'un des nombreux nichoirs installés au sein du parc.

Un peu d'histoire...

L’emplacement du monument aux morts « érigé à la mémoire des enfants de la commune morts pour la France » est choisi dès 1921 : il sera installé sur la place de l’Église (l’actuelle place du 11 novembre 1918).
Le projet est confié à un artiste, Monsieur Dintrat de Paris, pour l’inscription de 40 combattants morts pour la patrie. Son inauguration a lieu le 2 septembre 1923. Le monument est en pierre non gélive de Saint Maurice les Châteauneuf (Saône et Loire) ou de Pouillenay (Côte d’Or) sur fondation et soubassement établis au compte de la commune.

Sont inscrits au Monument aux morts :

  • 48 noms pour la guerre 1914-1918 (24 côté Nord et 24 côté Sud)
  • 10 noms pour la guerre 1939-1945 (petite plaque à l’Est)
  • 2 noms pour l’Indochine (à l’Est en dessous des noms pour la guerre 1939-1945)
  •  1 nom « Mort pour le service de la Nation » (plaque déposée le 11 novembre 2013)

L’église Saint-Sébastien est située place du 11 novembre 1918. Saint-Sébastien est le patron de la paroisse de Meyzieu. Il est aussi considéré comme le saint patron des archers et le protecteur contre les épidémies. Il était souvent invoqué pour lutter contre la peste. Le service archives disposant de peu de traces écrites au sujet de l’église, il est difficile de dater la construction de la première église. Selon les hypothèses, elle aurait été édifiée au XIe siècle près de la chapelle castrale. Elle s’est détériorée au fil des siècles à cause des guerres mais aussi par manque d’entretien.
À partir du XVIIIe siècle l’église subi des travaux d’agrandissement. L’église actuelle daterait donc du XIXe siècle. En 1980, la réfection du carrelage de la nef sera l’occasion d’effectuer des fouilles dans le but de rechercher les fondations de l’ancienne église. Les fouilles ont été autorisées par la Direction des Monuments Historiques et confiées à Madame Jeannine Monnier et son équipe.

Pour en savoir plus : G.E.H.C.M. Autour du Château de Meyzieu, Editions Bellier 2007 Rapport de sauvetage archéologique. Jeannine Monnier, Lucie Durand, Claudette Gavioli et Yvon Monnier. Autorisation archéologique n°80/53 (1980).

Le château dit de la Verpillière aurait été construit au XIe siècle sur une motte féodale près de Bardieu (village à l’origine de Meyzieu installé près du site du Fort). Séduits par l’offre de protection du seigneur du château, les habitants se sont déplacés au pied du château. Depuis sa construction, celui-ci a connu de nombreux propriétaires et a subi plusieurs modifications. Le dernier propriétaire était M. Le Marquis Charles Leclerc de la Verpillière.
Au début des années 1950, la ville de Meyzieu désire acquérir la propriété de Mme Odette Bonthoux, veuve du Marquis Charles Leclerc de la Verpillière, dans le but d’installer un hospice pour vieillards. L’acquisition est autorisée et déclarée d’utilité publique par arrêté préfectoral du 10 mai 1954. Le 6 novembre 1954, l’acte de vente est signé entre Madame la Marquise de la Verpillière et la Ville de Meyzieu pour la somme de 5 millions de francs.

L’Hospice Public de Meyzieu est créé par décret en conseil d’État le 12 décembre 1958. Le décret précise que « la dotation de l’établissement sera constituée par les immeubles bâtis et non bâtis acquis par la commune de Meyzieu ». L’Hospice est classé dans la catégorie maison de retraite en 1962. En 1966, la commune de Meyzieu cède à titre gratuit aux Hospices de Meyzieu la propriété du Château de la Verpillière. En 2004, la commission communale de sécurité met en avant la vétusté du bâtiment et la nécessité de le mettre aux nouvelles normes de sécurité en vigueur. Mais les travaux de réhabilitation étant supérieurs au coût d’une nouvelle construction, le Conseil d’administration des Hospices de Meyzieu décide la construction d’un nouveau bâtiment.
En 2009, les travaux de construction sont lancés. Située à l’angle des rues Jean-Louis Barrault et Mélina Mercouri, la maison de retraite Jean Courjon a été inaugurée le 5 octobre 2012. Dans la nuit du 6 au 7 août 2016, un incendie détruit la plus ancienne partie du château.

Pour en savoir plus : G.E.H.C.M. Autour du Château de Meyzieu. Éditions Bellier, 2007.