Halte aux chenilles processionnaires !

Au printemps, des cocons blancs envahissent nos pins. Ils abritent des chenilles qui constituent un réel problème pour la survie de nos arbres mais aussi pour la santé publique. Leur destruction fait partie des obligations de tout un chacun.

Un danger pour la nature et pour l’Homme


La processionnaire du pin est une chenille qui se nourrit des aiguilles des pins, entraînant une perte des aiguilles de l’arbre et en cas d’infestation massive, un affaiblissement important des arbres ouvrant la voie à d’autres ravageurs et parasites.
Elles représentent également un danger pour l’homme et les animaux car elles projettent dans l’air de minuscules poils très urticants provoquant d’importantes réactions allergiques, ainsi que des troubles oculaires voir respiratoires.

La destruction des cocons : une obligation


Selon les arrêtés pris par le maire en 2002 et 2018 (voir arrété à la fin de cet article), les propriétaires ou locataires possédant des pins ou autres résineux possédant des cocons élaborés par la chenille processionnaire du pin, sont appelés à les enlever des arbres, puis à les incinérer.
Afin d’empêcher leur prolifération, il est impératif d’effectuer ces destructions avant le 15 mars de chaque année. [1]
Par ailleurs, il est nécessaire d’effectuer un traitement préventif mi-septembre de chaque année sur les végétaux susceptibles d’être colonisés par ces chenilles. 


En cas de non respect de ces obligations, un procès verbal de contravention sera dressé à l’encontre du propriétaire ou locataire possédant des pins ou autres résineux colonisés par les chenilles processionnaires du pin.

Des méthodes naturelles


La Ville intervient sur tous les espaces publics de la commune pour éliminer les cocons des chenilles processionnaires. Dans le cadre d’une démarche de développement durable, elle n’utilise pas de produits nocifs pour l’environnement. Ces méthodes peuvent tout à fait être utilisées par les particuliers (renseignez-vous dans les jardineries) :

  • En mode préventif, les services municipaux utilisent un traitement biologique : la pulvérisation de la bacillus thuringiensis. Cette bactérie détruit directement les larves des chenilles dans leur cocon tout en étant inoffensive pour les autres insectes et pour la bonne santé de l’arbre.
  • En hiver, tant qu’il fait encore froid et que les chenilles sont dans leur cocon, la Ville procède également à la coupe de la petite partie de la branche sur laquelle elles sont installées, puis les brûle.
  • Enfin, pour les chenilles qui parviendraient toutefois à sortir de leur cocon, les services municipaux utilisent des pièges à phéromones qui attirent les mâles et empêchent ainsi leur reproduction.

[1Passé ce délai, vous pouvez toujours les détruire, mais cela aura moins d’effet, puisque les chenilles seront déjà sorties de leur cocon.

Date de modification : 7 mars 2019