Mai 2015

Retrouvez les expressions libres des partis majolans.


  Fiers d’être Majolans


Chères Majolanes, Chers Majolans,


Le cadre de vie se ressent et se vit à travers chaque événement de la vie quotidienne. Cap Meyzieu lui consacre ce mois-ci son dossier et illustre notre action quotidienne dans la dynamique qu’impulse notre Maire, Michel Forissier depuis 2001 : une ville agréable et accessible, où coexistent le bien vivre de tous les Majolans et le respect de chacun. Embellir une ville, c’est construire une image valorisante de ses espaces communs, apportant une fierté à ses habitants.


Cette qualité de vie, que nous avons la chance de connaître, s’exprime par une vision apaisée de notre ville. Avec une zone 30 sur la totalité du centre-ville, toutes les dispositions du nouveau code de la rue sont désormais appliquées à Meyzieu : les contresens cyclables, les zones de rencontres limitées à 20km/h et le développement de zones de cheminements piétonniers. 


Bien que technique, la mise en œuvre d’une politique du cadre de vie est le résultat d’orientations qui se déclinent à plusieurs échelons décisionnels. Ainsi, la limitation du nombre de places de stationnement par logement est le résultat de la politique de la Métropole de Lyon en application de son Plan Local d’Urbanisme et non de la volonté politique municipale. Ces choix, souvent légitimes pour les hyper-centres urbains, ne le sont pas forcément pour les zones périurbaines comme Meyzieu et les incompréhensions sont grandes pour les habitants qui peinent à se garer.



Nous mettons tout en œuvre pour solutionner la demande en stationnement, en aménageant des solutions de parking : de nouvelles poches de stationnement viennent d’être mises à la disposition des Majolans : roseraie, Condorcet…


Nos élus métropolitains travaillent également pour que des réglementations assouplies soient mises en place. 


L’environnement n’est pas oublié, avec la création pour le milieu de l’année, d’un jardin de poche à l’angle des rues Vacher et République. Le chantier des jardins partagés sur le quartier des Plantées va bientôt être clos et les habitants pourront investir ce lieu dédié au partage et à la culture potagère. Un autre point fondamental dans notre engagement écologique : la signature de la charte zéro-phyto qui se déroulera le 29 mai à la mairie de Meyzieu, en présence d’autres communes qui, comme nous, s’engagent dans la préservation de notre environnement avec une gestion plus saine, par traitement naturel et maîtrise de l’eau.



Enfin, notre objectif d’obtenir une troisième fleur est maintenu. Cette récompense valorisera le travail des équipes de la ville qui réalisent des espaces verts et des massifs fleuris pour notre plus grand plaisir et nous rendre plus que jamais fiers d’être Majolans.


Claudette Gavioli

  Résolument loyal


Chères Majolanes, Chers Majolans,






Nous sommes 8 élus, issus du groupe « Fiers d’être Majolans », dont 7 non encartés, issus de la société civile et pour la très grande majorité, novices en politique. Ce groupe est composé de M. Philippe CHAROUSSET, Mme Sylvie NORMAND, Mme Samuèle SALMON, Mme Anne-Marie DUBOST, Mme Isabelle INFANTES, Mme Marie JACQUESON, M. Cédric COULON, et M. Alain CORNET.
Ce groupe a vocation à s’élargir pour devenir un laboratoire d’idées ouvert à tous, une boîte à penser et exercer la politique autrement. 


La création du groupe « Résolument Loyal » est liée à des désaccords profonds et durables au sein de la majorité municipale en matière de gouvernance, d’éthique politique et de rapport à l’autre. 


Ces divergences reposent principalement sur l’instauration d’une régence opaque autour du Maire et aux stratégies de rapports de force mises en place, mais, également, sur la mise en œuvre d’une stratégie de gouvernance où la plupart des élus ont le sentiment d’être remis en cause dans leur légitimité et, plus grave encore, de ne pas être consultés lors des décisions politiques importantes.


Pour nous, il y a eu rupture du contrat moral, qui nous liait lors de la campagne électorale, basé sur la démocratie, l’intelligence collective et la transparence dans la prise de décisions. Cette rupture s’est cristallisée lors des orientations politiques arrêtées au sein d’un comité restreint composé de trois personnes.  


L’esprit clanique et partisan a, en effet, pris le dessus, pourtant c’est justement cet esprit de meute qui fait du mal à la politique. Rien ne sert de défendre les valeurs Républicaines, si l’on juge et l’on exclut d’office les controverses par voie de diffamation et ou par voie d’exclusion. 


Que dire de la réaction du Sénateur-Maire ? 


Sans avoir eu le moindre reproche sur la qualité de notre travail et de notre engagement, durant une année, nous avons subitement été accusés d’incompétence et de trahison.
Sans jamais nous recevoir, nous contacter ou chercher à comprendre, Michel Forissier a entrepris une démarche de destruction particulièrement virulente à notre égard.


Une action pleine de maladresse, de contradictions, pétrie de mensonges et honteusement calomnieuse.  


Le Maire avait promis de ne jamais se faire élire à un mandat national et le voilà Sénateur ! 


Il avait promis de se consacrer à 100% à la ville de Meyzieu. Depuis Octobre 2014, le voilà Parisien à mi temps !


Nous aurons l’occasion dans les prochains mois de démontrer les nombreuses incohérences, erreurs et promesses non tenues qui
émaillent la gouvernance de notre ville. 


Résolument Loyal aux Majolans !   


Philippe Charousset

  Meyzieu c’est avec vous


Chers majolans,

Un premier bilan, un an après le début du 3e mandat de Michel FORISSIER.
 
- En Mai, une proposition « phare » : la création d’un poste de « manager de centre-ville ». Les faits nous donnent raison. La situation ne s’est guère améliorée. Meyzieu n’a pas de cœur de ville avec l’activité commerciale qui l’accompagne. Le maire privilégie un urbanisme décousu et incohérent, faisant la part belle aux promoteurs sans vision d’ensemble structurée.
- Juillet, M. Andrieux, un fidèle lieutenant, démissionne suite à un différend avec le maire. Dans l’équipe depuis 2001, c’est grâce à ses voix que le maire avait été élu.
- Surprise en Septembre ! Michel FORISSIER, candidat UMP devient sénateur. Il avait dit « JAMAIS ». Les majolans ont été trompés.
- Novembre, le « Cas Diagonale ». Un promoteur en retard dans sa commercialisation demande à la ville de différer le paiement d’une somme de 4 Millions d’€ sur un an sans aucune contrepartie ! Dans le même temps, le groupe majoritaire vote l’augmentation des tarifs des crèches et restaurants scolaires.
- Décembre, le Sénateur s’attribue un « bureau de permanence » en mairie pour M. Quiniou, assistant parlementaire, adjoint, conseiller métropolitain. Un mélange des genres toujours d’actualité !
- En Janvier surgit dans la presse l’affaire du SIVOM.
- En Février, il est question de la modification des périmètres scolaires : les écoles n’arrivent pas à suivre le rythme effréné des constructions. Dans l’urgence, on bricole. Le manque d’anticipation et de vision est criant.
- En Février, huit élus dont deux adjoints se sont désolidarisés de la majorité.
Il était possible de faire mieux et différemment, dans l’intérêt de la ville et de ses habitants.
 
Venez nous rencontrer le Samedi 23 mai à 10h Maison
des associations.
 
Issam Benzeghiba

  Pour vous et avec vous


L’Etat restreint de façon drastique les moyens des communes (pour nous, moins 630.000€ cette année) posant ainsi des problèmes pour répondre aux besoins des habitants. Heureusement, notre commune a encore des moyens. Cependant la municipalité fait des choix qui ont de lourdes conséquences pour les Majolans : depuis plusieurs années nous demandons que soient effectués les équipements et services nécessaires, vu le développement de la ville, mais le Maire se vante de ce que la ville est peu endettée et l’investissement important, alors que notre ville est classée avant dernière dans ce domaine. En comparaison avec les villes de la région lyonnaise, notre commune a un endettement moyen comme Décines ou Bron tandis que son investissement est deux fois inférieur. Givors, et St Priest ont une dette très faible alors que leur investissement est trois fois supérieur au nôtre ! De plus, la municipalité, a fait un beau cadeau à un promoteur en lui permettant de reporter la paiement d’une partie du terrain qu’il achète à la ville, et a fait don de 150.000 € au diocèse de Lyon en lui vendant un terrain en dessous du prix fixé par les domaines. Ces choix se traduisent dans le budget communal par des restrictions strictes pour tous les services (y compris le secteur social qui a du mal à boucler son budget) mais aussi, par le non-remplacement des départs à la retraite et des absences ce qui provoque la diminution des services à la population et l’aggravation des conditions de travail des personnels. Nous renouvelons donc la demande que nous avons faite au maire d’organiser la consultation et la participation des Majolans, afin de décider des mesures nécessaires pour créer les services essentiels pour améliorer leur vie. Avec eux, on devrait agir efficacement pour que l’emploi, le logement, la santé, la culture soit accessible à tous.

Françoise Pagano

  Meyzieu Bleu Marine


Au lendemain des dernières élections, force est de constater que l’éternelle conspiration UMPS a une fois de plus fonctionné à merveille, spoliant comme d’habitude le vulgum pecus de sa légitime représentation au département. On voit que le système est parfaitement rodé !


En effet, comme on a pu le remarquer dans la quasi totalité des cantons du Rhône, notre formation a une fois de plus viré en tête au premier tour mais s’est traitreusement fait pirater en dernière ligne droite par les habituelles alliances contre nature. Il ne faut surtout pas toucher aux prébendes des potentats locaux !


Néanmoins, quelle formation politique peut se targuer d’avoir multiplié par 62 le nombre de ses conseillers départementaux ? Sûrement pas le PS qui conforte désormais son inéluctable descente aux enfers, ni même le triumvirat UMP/UDI/MODEM qui, sans alliance, aurait stagné loin derrière notre mouvement populaire.


Soyez certains MM. les grands démocrates de l’établissement que les régionales vont vous réserver quelques surprises !


D’un point de vue purement majolan, bonjour le cirque rue du 8 Mai avec les mois de travaux envisagés et avec le parking improvisé de la rue de la Gare car comme chacun sait : « En France, il n’y a que le provisoire qui est définitif »


Toujours dans le même domaine de la circulation, nous avons été fort contents d’apprendre que bon an mal an pas plus d’une vingtaine de véhicules était mise en fourrière les soirs de match à Gerland. A-t-on seulement pris en compte les autres stationnements sauvages et gênants, voire dangereux, qui auraient bien mérité une telle mesure ? Sans doute que non mais néanmoins nous sommes rassurés car il est bien connu qu’à Meyzieu on est bien meilleurs qu’à Lyon ; citoyens, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, les services concernés veillent au grain !


Pour conclure, espérons que la réception des images de foot les soirs de match sera bonne car si vous comptez sur la fibre optique ne vous abonnez pas avant au moins cinq ans !


Alain Pechereau
Permanence Maison des Associations
Les 1er et 3e mardis de chaque mois. 

  Odette Garbrecht


Je n’ai pas de parti, pas de slogan ; juste ma liberté et mes convictions, ma capacité d’écoute et d’expression de nos idées communes.

La politique peut être partisane et lutte de pouvoir ; mais elle peut, aussi, être sincère et noble, avoir de la grandeur et un profond respect du bien collectif.
Il vous appartient de l’exiger. Nombreux sont ceux qui souffrent ; après avoir payé loyers ou crédits, impôts, charges, que reste-t-il pour vivre ?
Le tripartisme s’installe en France avec une Extrême Droite qui divise et utilise l’incohérence européenne, pour réunir les mécontents, les écœurés d’un pouvoir incapable, hier comme aujourd’hui, de redonner confiance au peuple et bien-être.
Mais l’Espoir est ailleurs. Il est dans la justice sociale, fiscale, l’acceptation de nos différences, l’obligation de respect des lois. Et ces principes rassemblent au-delà des clivages des partis.
La politique sera noble ou la République se perdra. A méditer lors des commémorations du 8 mai.
odette.garbrecht@meyzieu.fr
 


 

   


 


 


 




Date de modification : 4 mai 2015