Février 2015

Retrouvez les expressions libres des partis majolans.

 Fiers d’être Majolans

Chères Majolanes, Chers Majolans,

Lorsque vous lirez ces mots, plusieurs semaines auront passé depuis les attaques terroristes ayant fait 17 morts. A l’instant où j’écris, l’émotion est encore dense. Nous sommes Français, de toutes confessions, de toutes origines. Nous ne faillirons pas face à la menace. La liberté est notre bien le plus précieux. Cet héritage nous a été légué au prix de nombreuses vies, pour l’acquérir ou la défendre.
Préservons ce bien qu’est la liberté d’expression. Préservons notre liberté de ton qui permet à chacun d’exprimer ses sentiments, ses idées, comme dans les expressions de groupe du Cap Meyzieu, précieuses pour l’opposition et la majorité municipale.
Nous avons cherché il y a plusieurs années, quelle était l’identité de la France, ce qui nous réunissait. La réponse du peuple à la barbarie aveugle et tyrannique fut donnée, dimanche 11 janvier 2015, jour devenu historique par l’ampleur du rassemblement français. Avant d’être le peuple des droits de l’homme, la France est le pays de la liberté, legs du siècle des lumières, de la culture des bouffons du Roi et des pamphlétaires. 
La liberté et la laïcité sont les deux pieds de notre République sur lesquelles elle peut avancer fièrement. Unissons-nous pour combattre toute forme d’illusion et de propagande visant à nous éloigner de ce chemin vertueux, gorgé de promesses. Gardons notre boussole, et avançons fièrement !
Au niveau de notre commune, Les Majolans ont été exemplaires et se sont unis face à ce drame comme a pu en témoigner le nombre impressionnant de citoyens réunis le samedi 10 janvier sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Nous étions 600 à dire non à la barbarie, non au terrorisme, non à l’amalgame. Toutes les communautés étaient unies, autour du Sénateur-maire, pour montrer à ceux qui en auraient besoin, que la République bien que laïque, n’en oublie pas ses composantes variées et riches mais reste une et indivisible.
Dans notre vision de la vie politique et du débat d’idées, les échanges parfois musclés permettent de nous enrichir des avis adverses, jamais de museler. Quant à la question de l’ordre républicain, Monsieur le Sénateur-maire, 1er magistrat de la ville, a su imposer la crédibilité de l’Etat sur notre territoire. Il a porté une politique ferme et juste, tout en laissant une large part à l’éducation, au dialogue et à la prévention. Par exemple, les rappels à l’ordre de jeunes délinquants apportent une personnalisation emblématique de l’autorité de l’Etat et permettent de recadrer. Le dialogue et le respect sont les bases de l’entente. Mais surtout il convient d’enseigner et de faire respecter les lois de la République, choisies par le peuple souverain.

André Bouttevillain

 Meyzieu, c’est avec vous

En décembre a été voté le budget de la Ville. Nous avons voté contre le budget tel que proposé pour les raisons suivantes : 

 –Un manque de transparence des investissements (pas de plan de mandat et pas d’informations données sur le plan pluri-annuel d’investissement)
– Des dépenses sociales qui stagnent ou qui reculent. 
- Une augmentation systématique des tarifs publics locaux de (+0.6%) soit +10 % depuis 2008 ! Ce n’est pas justifié : La fréquentation augmente et les recettes envisagées sont en augmentation de 8% sur les prestations s’imposant aux familles : restauration, centres aérés, garderies, … 
L’argument donné est qu’il faut suivre systématiquement l’inflation. 
Or, dans le même temps, la municipalité a accepté sans aucune contrepartie la demande du promoteur Diagonale de reporter d’un an le paiement d’une somme de 4 millions d’€ lié à la vente d’un terrain.
Le choix de la municipalité est clair : faire payer les familles et faire des cadeaux aux promoteurs !

De plus, on a assisté à un mélange des genres particulièrement inquiétant : l’attribution d’un local en mairie pour la permanence sénatoriale de M.FORISSIER. Même si cela est autorisé, cela pose question. Ce local sera en effet occupé par le 2e adjoint… également attaché parlementaire !
Où est l’exemplarité chère à M le Maire ? Nous ne cesserons de dénoncer le mélange des genres de la part de tous nos politiques. D’ailleurs, à quelle exemplarité et quelle crédibilité peut-on prétendre lorsque, pour les élections, on assure vouloir se concentrer au niveau local et que l’on candidate pour être sénateur 6 mois plus tard ?
Les majolans ont été trompés !!!

Nous vous invitons à notre permanence le samedi 7 à 10 h à la maison des associations. 

Vincent Gras, Issam Benzeghiba

 Pour vous et avec vous

Nous écrivons cet article, le lendemain de l’horrible attentat perpétré pour éliminer de sang-froid, nos amis, nos camarades de Charlie Hebdo. Un journal, ses journalistes, ses dessinateurs, les policiers qui les protégeaient ont été abattus, et d’autres blessés, par des terroristes. Face à des engins de guerre, ils n’avaient que leurs crayons pour se défendre. Des familles sont endeuillées, nous les assurons de notre compassion, de notre solidarité .C’est un attentat qui a été commis contre le droit d’expression, contre la liberté et la démocratie, comme aux heures les plus sombres de notre histoire. Ne nous trompons pas, c’est la République, ses valeurs, ses lumières, sa laïcité qui sont visées. Evidemment il faut refuser de confondre ces barbares avec quelque religion que ce soit et nous devons amplifier nos combats contre tous les racismes, l’antisémitisme ou l’islamophobie si nous ne voulons pas faire leur jeu ou celui de ceux qui attisent les haines, les racismes, les extrémismes de droite. Ensemble nous devons au contraire défendre les valeurs de liberté, de tolérance, de fraternité et d’égalité qui fondent notre République.

A Meyzieu, du 9 Décembre à aujourd’hui 8 janvier, les Postiers ont été en grève, contre la délocalisation de leur centre de tri sur la plateforme de Vaulx en Velin. Ce changement devait s’accompagner d’une nouvelle organisation aggravant les conditions de travail des agents de la poste, et les conditions de distribution du courrier. C’est une attaque de plus contre le service public, qui, comme nous le voyons depuis des années, se dégrade, par être plus « rentable ».La direction a tenté de contourner la grève en faisant distribuer du courrier par des intérimaires mais cela a posé de sérieux problèmes aux majolans. C’est dans notre intérêt que les grévistes ont lutté pour défendre leur outil et leurs conditions de travail pour un service public de qualité.

Françoise Pagano, Michel Compard

 Meyzieu Bleu Marine

Nos postiers étaient en grève depuis le 9 décembre dans le cadre d’un transfert du centre de tri sur Vaulx en Velin ; si vous aviez du courrier urgent en souffrance, il vous fallait vous déplacer jusqu’au carré professionnel où vous n’étiez même pas sûr de l’y récupérer.

Le 5 janvier, les grévistes ont reçu le soutien d’Olivier BESANCENOT, qualifié de « renfort de poids » par la presse du jour. Pourtant le seul point commun entre nos postiers et l’extrémiste de gauche est l’exercice du même métier et encore en des temps bibliques pour ce dernier. En effet, quelles pouvaient être les similitudes entre un « facteur » de Neuilly , leader du Parti Anticapitaliste mais vivant avec une riche éditrice et nos petits postiers locaux ? Partageaient-ils les mêmes problèmes ? Qu’espéraient-ils d’un tel individu ? Que le transfert du centre de tri soit annulé ? Que la partie professionnelle ne soit pas transférée dans la zone industrielle ? Au moment de la rédaction de cette rubrique, je n’avais pas encore la réponse mais nul doute que le fils spirituel de Krivine n’y fut pas pour grand chose.
Dans l’actualité majolane, de nouveaux commerces ont encore disparu, au Carreau notamment , où l’agrandissement de la Caisse d’Epargne a chassé le boulanger et le magasin de pêche. Qui va venir occuper l’ancien emplacement de cette banque ? Une nouvelle restauration rapide ? Encore une boucherie ? Une autre boulangerie ? Une banque supplémentaire ? Un opticien de plus ? Un xième salon de coiffure ?
Petits problèmes il est vrai à côté du volet sécurité qui a toujours été un élément essentiel de notre programme politique. Le mois de janvier, comme la période des fêtes de fin d’année 2014 d’ailleurs, a vu se concrétiser nos craintes par la commission d’actes d’une violence inouïe provenant d’ignobles individus qui ont appliqué la peine de mort à de nombreuses victimes innocentes sans aucun état d’âme et surtout sans risquer pour eux la même sanction, hélas. Il ne s’agit plus là du vol de la cagnotte de nos pompiers, fait déjà lamentable en soi, mais d’actes délibérés de barbarie qui ne sont finalement que la suite logique du laxisme criminel que nos gouvernants successifs n’ont cessé d’aggraver depuis de longues années. A quand le rétablissement des « Bois de Justice » ?
Je profite de cette tribune pour m’associer au deuil de ces familles cruellement frappées et notamment à celles de mes collègues policiers, comme tant d’autres obscures victimes de l’accomplissement de leur devoir. Paix à leur âme.

Alain Pechereau

 Odette Garbrecht

Où est la réforme fiscale attendue ? Se limite-t-elle à la disparition de la première tranche, reportant l’effort sur les classes moyennes sans aborder les questions de la répartition et de la concentration des richesses ?

Où est la grande réforme de la Santé ? Laisser les cliniques privées pratiquer tous les dépassements d’honoraires qu’elles souhaitent, sous réserve d’un service d’urgences labellisé ? 
 Où est l’ambition pour le système éducatif ? Se réduit-elle à la disparition des notes et l’augmentation de 65% des primes attribuées aux recteurs alors que le salaire des enseignants baisse ?
Les gouvernants se préoccupent davantage de se maintenir au pouvoir que de conduire les réformes que la majorité des Français attend pourtant, avec clairvoyance. 
Un dernier mot pour parler de la terreur que voudraient instaurer des barbares intégristes. 
Se battre, oui, une guerre, pour défendre la France et ses valeurs républicaines. 
Article rédigé le 7 janvier 2015.
odette.garbrecht@meyzieu.fr

Date de modification : 4 février 2015