Septembre 2014

Retrouvez les expressions libres des partis majolans.

 Fiers d’être Majolans

Chères Majolanes, Chers Majolans,


Voici venu le temps d’échanger ses affaires d’été contre les fournitures de rentrée. Gardons les souvenirs estivaux et retrouvons notre capacité à jongler entre le retour au travail, en classe, et aux activités sportives, culturelles et associatives de chacun.
L’équipe municipale et les services de la mairie sont prêts pour démarrer cette rentrée dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires.
Sous l’impulsion du maire, les acteurs de l’éducation avec les parents d’élèves ont participé à la mise en place de la réforme. Car pour nous il ne s’agissait en aucun cas de se contenter d’appliquer une loi. Nous voulions placer l’enfant au cœur de notre réflexion et de notre politique d’éducation. 
La construction du projet a duré plus d’un an, en proposant par exemple au personnel municipal travaillant dans les écoles, de pouvoir organiser leur emploi du temps. Les activités déjà existantes, comme l’intervention du conservatoire de musique ou celle des animateurs sportifs, ont été pérennisées et le partenariat avec les associations a été renforcé.
Nous avons mis en place un accueil de qualité en tenant compte des rythmes de l’enfant, sans compliquer la vie des parents. Cela n’est pas le cas de toutes les communes comme par exemple Lyon, qui pourtant ne manque pas de moyens.
Evidemment, nous sommes fiers d’avoir géré tout ceci sans aucune hausse d’impôt ni demande de participation financière supplémentaire aux parents. Par exemple, la demi-heure de garderie supplémentaire n’est pas facturée et la commune a une participation trois fois supérieure au fond d’amorçage de l’Etat, qui ne durera qu’un an.
Pour mémoire, nous avons alloué cette année plus de 7 millions d’euros au budget éducation sur un budget total de 42,9 millions. Ceci démontre à l’évidence la priorité donnée à l’éducation. Nous avons un devoir d’éducation des enfants majolans.
Meyzieu voit sa population augmenter. Des familles, attirées par la qualité de vie majolane, viennent de plus en plus nombreuses s’installer dans les différents quartiers de la ville. Nous avons pris nos responsabilités et mis en place des solutions d’accueil stables, pour que les nouveaux petits Majolans soient reçus comme ils le méritent. Dans cette optique, les travaux de réaménagement de l’école Condorcet seront achevés en fin d’année, tout comme son self et celui de l’école Prévert. Il est essentiel pour nous de fluidifier les différentes phases de la pause méridienne. Cela facilite le repos et permet de meilleures dispositions pour les apprentissages de l’après-midi.
Nous avons à cœur de faire de Meyzieu une ville exemplaire en matière de réussite éducative.

Florence BOCQUET

 Meyzieu, c’est avec vous

Chers Majolans,

Le compte administratif (document qui présente les résultats comptables d’un exercice) qui a été présenté au conseil municipal de Juin est conforme au budget voté fin 2012. Si la gestion effectuée sur l’exercice respecte le budget voté précédemment, il est loin d’être satisfaisant sur tous les points. 
Tout d’abord il faut rappeler que le compte administratif de l’année 2012 avait nécessité, au vue de l’augmentation de la masse salariale, de procéder en fin d’année à un réajustement des crédits.

Concernant le compte administratif 2013, nous avions évoqué la diminution depuis plusieurs exercices des dépenses sociales et les faibles prévisions d’investissements proposés.
Les marges de manœuvre budgétaires importantes laissées par la municipalité précédente en 2001 et persistant au début du mandat précédent n’existent plus.
La conséquence directe est que les charges communales sont devenues beaucoup plus rigides, ce qui rend la gestion plus difficile.
 
La dette de la Ville bien qu’absorbable reste à un niveau important (> 13 millions d’euros), ce qui limite la capacité d’emprunt à l’avenir. Il est alors nécessaire de trouver d’autres sources de financement pour les investissements plus importants. 
L’équipement multisports est financé pour un peu plus de la moitié sur le budget 2014 par la cession des terrains. Mais comment sera financée l’autre moitié en 2015 ?! 
De nouveaux équipements ont été promis pendant la campagne électorale, comment ceux-ci seront-ils financés ?
Ce compte administratif montre que la gestion comptable menée par l’ensemble des directions de la Ville de Meyzieu des finances publiques est correcte mais traduit surtout l’effort quotidien des agents. Nous les saluons pour ce travail et leur assurons notre soutien car l’effort demandé dans les années à venir va être conséquent. 

Dans un tout autre registre, ce mois de septembre sera synonyme de rentrée scolaire pour les jeunes majolans. Comme vous le savez, cette année, de nouveaux rythmes scolaires sont mis en place. Notre groupe s’est battu pour qu’une vraie concertation ait lieu sur ce sujet et que, contrairement à ce qui était prévu initialement, l’entrée en classe à 8h30 soit préservée pour le bien-être des enfants et la tranquillité des parents. Nous suivrons l’application de cette réforme de très près pour s’assurer que notre ville excelle en matière de réussite éducative.


Nous vous donnons rendez vous pour notre permanence le Samedi 13 Septembre de 10h à 12h, Maison des Associations.

Bonne rentrée à tous !

Vincent GRAS
Issam BENZEGHIBA

 Pour vous et avec vous

Mme la Ministre du droit des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports, a annoncé que de nombreuses villes classées dans le dispositif contrat urbain de cohésion sociale, en sortent et ne programme à la place que 1300 Quartiers Prioritaires « politique de la ville ». Si on peut se réjouir que notre ville reste dans ce dispositif extrêmement important et utile pour la rénovation urbaine et le développement du lien social dans les territoires frappés par d’importantes inégalités, on peut déplorer qu’un seul le quartier, celui du Mathiolan y reste.. En effet, la « politique de la ville », permet de mener des actions partenariales financées par l’Etat, la région, le département, la commune, et même par des fonds européens en ce qui concerne l’emploi, et ainsi de bénéficier de crédits importants et de moyens spécifiques pour transformer les quartiers concernés, répondre aux besoins de leurs habitants, et déployer sur le terrain des services pour améliorer le quotidien et le lien social ….
Dans un contexte national de crise et d’aggravation du chômage, des inégalités, de la pauvreté, des exclusions et des fractures de toutes sortes, il est plus que jamais urgent et primordial que la solidarité nationale joue pleinement son rôle au service des territoires et des populations les plus en difficulté. Chez nous, comme dans de nombreuses villes, la pauvreté, a débordé les limites des quartiers classés en « politique de la ville » et de nouvelles formes de crise urbaine sont malheureusement apparues, nécessitant impérativement d’affronter et de relever de nouveaux défis urbains, sociaux et citoyens.
 Au contraire de ce qui est décidé par le gouvernement, il faut une action renforcée des politiques publiques pour réduire les inégalités qui menacent la cohésion sociale des territoires à tous les niveaux. Au niveau municipal il nous faudra donc compenser le manque de financements.
Or pour notre ville, nous aurons à faire face à un triple problème : la classification du seul Mathiolan en politique de la ville, la disparition du département, l’un des financeurs de ces actions et la restriction des financements de l’Etat pour les collectivités locales. 
C’est pourquoi les élus communistes ont demandé au Maire que, quel que soit le choix fait par la Métropole au niveau social dans notre ville, les actions pour l’emploi, pour la réussite éducative, les chantiers de pré-insertion et de prévention, l’apprentissage du français, la culture soient maintenues pour les quartiers en difficulté. Ils proposent que, les intéressés soient partie prenante des choix, que l’analyse des besoins sociaux soit plus efficace pour que l’action municipale réponde au mieux aux problèmes rencontrés et que soient programmés les équipements, les projets, les activités à mettre en place.

Françoise PAGANO

 Meyzieu Bleu Marine

En cette période de grandes vacances pendant lesquelles les gouvernements successifs font d’ordinaire passer leurs lois les plus impopulaires, je tiens dans un premier temps à réagir fermement aux propos démagogiques et injustifiés des désormais éternels perdants des élections successives. Ils se reconnaîtront facilement ici. Non chère Madame, notre discours n’est pas simpliste, il est logique. Il n’est pas non plus nostalgique de je ne sais quelle époque à vos yeux car notre formation est née en 1972 et non pas comme la vôtre au début du 20 ème siècle, à l’est de l’Europe, accompagnée d’un bain de sang. Nous n’appelons pas non plus au rejet de l’autre, bien au contraire puisqu’ actuellement nous rassemblons tous les déçus de votre politique ainsi que celle de vos complices de toujours. Enfin et vous avez raison cette fois sur cet unique point, nous appelons effectivement à un certain repli à caractère national en voulant écarter du pouvoir tous les incompétents notoires et autres nuisibles avérés qui n’ont eu de cesse de miner depuis des années tous les rouages de notre pays dans un but connu d’eux seuls.
Vous constaterez que nos projets sont finalement bien acceptés par la population si l’on en juge par les résultats électoraux que nous avons obtenus et que nous obtiendrons encore, ne vous en déplaise.
Dans un autre domaine, nous apprenons que le Maire s’est finalement laissé convaincre de se présenter aux sénatoriales, sans doute que le précédent candidat devait manquer d’une certaine représentativité. Souhaitons lui bonne chance, il est en principe tranquille jusqu’en 2017, question cumul des mandats.
Par contre, je tiens à faire part ici de mon indignation eu égard à la tournure que semble prendre l’exercice de la liberté d’expression au sein du Conseil Municipal. En effet, quand un élu, de la majorité qui plus est, à qui on vient de donner la parole, se voit coupé en plein discours, tancé vertement, injurié même et privé de micro en conclusion, on peut se demander si l’on est dans une réunion municipale à Meyzieu France ou à la Douma à Moscou URSS ! Que l’on soit d’accord ou pas avec le fond du discours incriminé est une chose mais en interdire publiquement l’énoncé en est une autre, la seule approbation ne pouvant émaner que des traditionnels garants de la liberté d’expression, ce qui n’a pas manqué d’arriver bien sûr.
Pour conclure cette petite mise au point, je pense que l’actualité délinquante récente ne peut qu’inquiéter fortement les Majolans que nous sommes, mais après tout, n’est ce pas là l’inévitable résultat de la désastreuse politique laxiste menée depuis des lustres par des gouvernants irresponsables dont certains n’ont de cesse de s’illustrer avec une fierté démesurément incompréhensible ?

Alain PECHEREAU
Date de modification : 21 août 2014